VBR FM

Virunga Business radio (1)

COVID-19 : Une cacophonie communicationnelle au sommet de la riposte en RDC

corona virus

Depuis l’annonce des premiers "cas" de Corona virus en République Démocratique du Congo, une crise communicationnelle s’observe au sommet de la riposte à ce virus. De l’usage des réseaux sociaux en passant par des contradictions officielles des autorités congolaises, difficile de savoir la bonne source.

 Les réseaux sociaux

Pendant que d’autres pays centralisent la communication autour de la présidence, la primature, une commission spéciale ou le ministère de la santé via des communiqués officiels, le ministre congolais de la santé a privilégié  la piblication sur son compte twitter personnel. L’annonce de l’evolution des cas se faisait donc sur le compte du Dr Eteni Longondo. 

C’est aussi sur son compte twitter que Jacque Kyabula, gouverneur de la province du Haut-Katanga a annoncé deux cas confirmés de Coronavirus avant d’être contredit par le ministre de la santé qui, lui aussi, a utilisé son twitter.

Des contradictions 

Jeudi 26 mars 2020 dans une vidéo transmise à la presse, dont Virunga Business Radio a reçu une copie, le coordonnateur de la riposte au COVID-19 a annoncé trois nouveaux cas en RDC dont un au Nord-Kivu. « Notre pays a enregistré trois nouveaux cas de COVID-19 dont deux à Kinshasa et un dans la province du Nord-Kivu. L’origine de ce cas est en cours d’investigation », a  dit le Dr Jean-Jacques Muyembe.  

Dans une communication, le gouverneur de la province du Nord-Kivu a affirmé qu’il n’y a « pas de panique, il n’y a aucun cas de COVID 19 à Goma. C’est Plutôt en Ituri. Continuons à observer les règles d’hygiène. ». Carly Nzanzu Kasivita a ainsi contredit les propos du Docteur Muyembe.

Quelques jours avant, c’était l’équipe de coordination de la riposte qui contredisait le gouverneur du Haut-Katanga autour de deux cas de coronavirus à Lubumbashi où même deux jours de _confinement total” avaient été imposés à la population avant que l’INRB les déclare plutôt négatifs.

Des graves conséquences 

La toile s’enflamme depuis cette annonce. Pendant que certains observateurs s’interrogent sur l’opportunité de la communication des gouverneurs dans les provinces, d’autres interrogent la crédibilité des prochaines communications de la coordination de la riposte.

« Le gouverneur devrait attendre la communication de la riposte. Car cela décrédibilise cette structure et le gouverneur n’a pas une équipe de test », a ainsi dit un observateur. 

« C’est une honte pour I’INRB (Institut National de Recherche Biomédical) », a ajouté un autre observateur sur Twitter.

A la journaliste Ruth Alonga de conlure que « la mauvaise communication sur le COVID-19 est plus dangereuse que le virus lui-même. »

Par Akilimali Saleh Chomachoma

Laisser un commentaire