Sénat-RDC : Alexis Thambwe Mwamba entre destitution et viseur de la justice

Les choses se compliquent pour le président du Sénat congolais. Alexis Thambwe Mwamba est dans les collimateurs de la justice. Le procureur général près la cour de cassation a, en date du 1er février, saisi le sénat en vue d’obtenir l’autorisation d’entamer l’instruction à charge du président Alexis Thambwe Mwamba.

Ce dernier est soupçonné de détournement des deniers publics. D’après le Procureur général près la Cour de Cassation, Victor Mumba Mukomo, en date du 6 janvier 2021, monsieur Alexis Thambwe Mwamba aurait retiré, pour le compte du Sénat, trois chèques d’un import respectif de 2000 000 d’euros, 1000 000 de dollars américains et 1 000 000 de francs congolais.

A l’en croire, le trésorier du Sénat, ayant retiré ces sommes à la Banque commerciale du Congo, a remis les 2 000 000 d’euros et 1 000 000 de dollars Américains au conseiller financier du questeur du Sénat. Le conseiller aurait, à son tour, remis l’argent au Président du Sénat congolais, Alexis Thambwe Mwamba à sa résidence.

D’où, indique le Procureur général, la nécessité de l’ouverture du dossier pour permettre à l’ancien ministre de la justice de présenter ses moyens de défense.

Les faits établis comme en droit, dit-il, sont susceptibles de constituer l’infraction de détournement des deniers publics, prévue et punie par l’article 145 du code pénal livre II tel que modifié à ce jour. « Étant donné la gravité des faits au regard des montants lui remis et la nécessité de décourager ce genre de comportement, il est impérieux que le président du Sénat puisse donner sa version des faits », a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, 60 sénateurs ont déposé leur motion ce 3 février au bureau du sénat en vue d’obtenir la destitution du président de la chambre haute du parlement congolais.

Par David Aluta

VBR Fm

une Radio Commerciale et Socio-Culturelle à vocation régionale pour les Pays des Grands-Lacs Africains. VBR veut contribuer à l’intégration socio-économico-culturelle de la RDC, du Rwanda et du Burundi en cette période charnière d’après guerres et de reprise des activités de la CEPGL (Communauté Economique des Pays des Grands-Lacs).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *